Revenir en haut Aller en bas

Revival Rock

Thème X : All you need is (love) Music ! - Forum Privé-
 
-62%
Le deal à ne pas rater :
ABEIL – Lot de 2 Oreillers à mémoire de forme matelassés- 60×60 ...
14.54 € 37.99 €
Voir le deal

Partagez

各花入各眼 - Sailyn

Revival Rock :: ♫HOME SWEET HOME♫ :: Inner London :: Manuel K. Said
Turgen Namjilyn
Messages : 547
Age du personnage : 30 ans
Avatar : Ayanga 阿云嘎
Crédit(s) : Miss Turner/Ziggy Stardust (moi)/RossResources
Mood : Anxieux
Playlist : Laure Shang - free & unafraid, Butterfly - Heart /心脏, The Phantom of the Opera - The Music of the Night, 全新改编演绎侠骨柔情, Andy Williams - Happy Heart, Tengri/天堂 - Shaman Landscape, Tengri/天堂 - 单曲纯享, Sam Smith - Writing's on the wall, Notre Dame de Paris - Danse Mon Esmeralda, Queen - The Show Must Go On, Metallica - Nothing Else Matters, Il Volo - Grande amore, 费玉清阿云嘎 — 神仙嗓音听到想哭, Super Vocal Boys - Qui Con Me, Disturbed - The Sound Of Silence, The HU - Yuve Yuve Yu, NINE TREASURES - Wisdom Eyes


Profession : Actor, Singer & Producer in Musical Theater
Coté cœur : Something in the air...
https://pot-pourri-yes.tumblr.com/
You Rock!
Messages : 547
Age du personnage : 30 ans
Avatar : Ayanga 阿云嘎
Crédit(s) : Miss Turner/Ziggy Stardust (moi)/RossResources
Mood : Anxieux
Playlist : Laure Shang - free & unafraid, Butterfly - Heart /心脏, The Phantom of the Opera - The Music of the Night, 全新改编演绎侠骨柔情, Andy Williams - Happy Heart, Tengri/天堂 - Shaman Landscape, Tengri/天堂 - 单曲纯享, Sam Smith - Writing's on the wall, Notre Dame de Paris - Danse Mon Esmeralda, Queen - The Show Must Go On, Metallica - Nothing Else Matters, Il Volo - Grande amore, 费玉清阿云嘎 — 神仙嗓音听到想哭, Super Vocal Boys - Qui Con Me, Disturbed - The Sound Of Silence, The HU - Yuve Yuve Yu, NINE TREASURES - Wisdom Eyes


Profession : Actor, Singer & Producer in Musical Theater
Coté cœur : Something in the air...
Turgen Namjilyn
Mar 11 Mai - 20:10
Different flowers match different eyes.

Qu’est-ce que le hasard ? Si l’on prend une pièce de monnaie et qu’on vous demande « pile ou face ? », on serait tenté de répondre qu’on ne peut pas savoir. Le hasard, c’est d’abord cela : quand on ne peut pas savoir à l’avance ce qui va arriver… Non pas l’absence de déterminisme (rien de plus déterminé qu’une pièce qui tourne en l’air, soyons sérieux deux secondes), mais une détermination involontaire et imprévisible. De ce point de vue, le hasard est le contraire de la liberté, ou la liberté un anti-hasard. Du coup, le hasard ne diffère pas beaucoup du concept de Destin. Parce que ce dernier est tout autant considéré comme contraire à la liberté. La notion de destin taraude tous les esprits, un jour ou l'autre. Que l'on dise : « venez découvrir votre avenir » et tout le monde se passionne. Mais s'il y a destin, cela signifie que des événements ne manqueront pas d'arriver, quoi que nous fassions. Cela veut dire que notre pouvoir d'action sur notre propre vie est limité, que nous sommes impuissants face à certains événements ! Où donc est notre liberté ? Suis-je maître ou non de mes choix de vie ? Ces questions importantes ont une infinité de conséquences dans notre vie de tous les jours. Chacun d'entre nous vit selon ce qu'il croit. Notre conception de la vie sous-tend nos choix et nos comportements. C'est pourquoi, de tous temps, nous essayons de répondre à la question du destin. En fait, il me semble que les hasards que nous repérons comme en étant ne sont que le fruit d'un télescopage entre le passé et le présent. Certains hasards ont du sens parce qu'ils éveillent chez nous des souvenirs ou des préoccupations, parce qu'ils nous ont entrainé malgré-ou avec- nous dans une suite de vie repérable aujourd'hui comme le fruit du hasard.

Alors, hasard ou destin ? Le fait que Turgen ait fait la rencontre de Manuel, dans une ville inconnue, un pays toujours étranger ? Est-ce un hasard ou est-ce son destin de rencontrer cet homme, quels que soient les différences qui auraient dû ne jamais les réunir ? Les raisons et les conséquences n’importaient plus. Ils étaient là. Ils existaient, et même qu’ils se conjuguaient à deux. Turgen a l’esprit en bouillit depuis maintenant des semaines, il a le cœur fragile, et les moyens n’y sont plus pour gérer l’inévitable. L’ennuie la frappe parfois, maintenant qu’il n’a plus de contrat, plus de spectacle ici. Le manque ne quitte plus ses veines, même l’air qu’il respire lui quémandait de revenir. La pression le guette, à chaque fois qu’il discute avec son équipe, à chaque message sur les réseaux, chaque e-mail lu et relu, chaque appel sur we chat. L’évidence le nomme, son retour n’est plus une question de « oui » ou « non », Turgen doit rentrer, il avait un deadline sur la tête, et un billet retour déjà prêt. Turgen a le sang qui fait des Bims et des Bangs dans les veines. Déjà quand il bouge à peine, ce sont des étincelles qui embrasent ses yeux. Parce qu’il y avait Manuel. L’inconnu dans l’équation qui a fait tout chambouler. Il ne pensait pas trouver l’amour, il n’y croyait même plus. Et autant le pays, la culture, ses fans, son emploi du temps sans fin lui manquaient ardemment. Autant, le manque de Manuel lui faisait déjà mal, avant même qu’il ne le quitte. Ce manque ci était pire que n'importe quel autre, pire même que la douleur, qu'un œil au beurre noir, que deux côtes cassées, qu'une balle dans la jambe. Pire que tout à la fois.

L’amour est à la fois le plus beau des sentiments et le plus inquiétant, puisqu’il peut engendrer une vraie plénitude comme il peut tourner à un désastre intérieur. Turgen ne pouvait plus fuir la vérité, il se devait de lui faire face. C’est à partir de nos vécus antérieurs et des sensations qui les ont accompagnées que nous dirigeons notre vie. Que nous nous en rendions compte ou non, nos souvenirs accompagnent chaque instant de notre vie. Il a connu le bonheur auprès de Manuel. C’est indéniable. Mais il a aussi connu tant de souffrances tout au long de son existence. Il devait trouver la parade, de quoi garder ses défenses. « T’es là ? » Commençait-il, alors qu’il venait tout juste de relever les yeux des touches du piano de Manuel. Il ne l’avait pas entendu entrer, se sentant un peu démasqué à cet instant, son sourire sincère mais peigné d’une tristesse se dessinait sur sa fine bouche. « Ça a été aux studios ? » Ils devaient en parler, cela devait se faire ce soir…non, pas ce soir. Mais maintenant !

Le sujet se déroule au mois d'Avril.

Manuel Kian Said
Messages : 707
Age du personnage : 36 ans
Avatar : Oscar Isaac
Crédit(s) : arnor-creations, lyrics: tamino, gif: nowritingonthewall
Mood : anxious
Profession : Compositeur/Chanteur/Musicien pour MK & The Smiths
Coté cœur : agaart yamar negen züil baina
You Rock!
Messages : 707
Age du personnage : 36 ans
Avatar : Oscar Isaac
Crédit(s) : arnor-creations, lyrics: tamino, gif: nowritingonthewall
Mood : anxious
Profession : Compositeur/Chanteur/Musicien pour MK & The Smiths
Coté cœur : agaart yamar negen züil baina
Manuel Kian Said
Lun 17 Mai - 0:02

Manuel n’avait pas toujours craint de se projeter. âme passionnée aux ferventes envolées, le musicien fut connu dans le passé pour faire des plans sur la comète, s’emporter dans ses propres projets et vouloir toujours prévoir plus loin, toujours plus fou. Il n'avait pas peur de s’engager (que ce soit ses engagements relationnels ou professionnels), ou bien de s’imaginer sa vie après dix ans. On l’avait souvent qualifié de naïf, de rêveur ou d’utopiste, on lui avait souvent répété de remettre les pieds sur Terre. Mais Manuel s’était toujours dit qu’à trop faire attention aux “et si” et aux possibles inconvénients qui pourraient se profiler sur sa route, on finissait par se décourager et renoncer à certaines choses, et cela n’avait jamais été une philosophie qu’il désirait dans son existence. La vie était trop courte pour avoir peur, pour se freiner, pour ne pas rêver. Il était bien sûr important de concrétiser les rêves, et pas seulement se contenter de les rêver, mais d’un autre côté, le rêve était un très puissant combustible - ça faisait avancer. ça donnait des objectifs, et permettait d’organiser sa vie pour pour y parvenir. Manuel avait fonctionné ainsi pendant longtemps. Avec son groupe, ses projets annexes, avec ses quelques relations amoureuses, avec son fils. Et puis, l’accident mortel. Tout espoir l’avait quitté, tout goût de la vie également, pendant plusieurs mois. Et puis, il s’était relevé. Il avait repris, lentement, sa vie, ses projets, ses relations avec les autres. Mais il serait naïf de prétendre qu'un tel drame ne change pas la vie d’un homme et sa capacité à réagir aux événements qui ont lieu dans son existence. En l'occurrence, Manuel avait encore de grandes difficultés pour se projeter de nouveau dans le long-terme, que ce soit personnellement et professionnellement. Que ce soit avec le groupe, ses amis, ou encore Turgen.

Cela ne signifiait pas qu’il n’était pas sérieux. Turgen était arrivé dans sa vie comme un boulet de canon au moment où il s’y attendait le moins. Cela avait été d’abord incroyablement douloureux, et puis effrayant, mais Manuel n’avait jamais su tricher, et l’artiste lui avait fait tourner la tête, puis l’avait séduit et avait volé son cœur avec une facilité déconcertante. Il pouvait bien faire ce qu’il veut avec, Manuel était à ses pieds. Il n’y avait plus aucun doute chez lui désormais, concernant le fait qu’il souhaitait partager la vie de l’autre homme aussi longtemps que ce dernier le laisserait faire. Il l’aimait profondément, d’un amour dont il avait cru un instant ne plus être capable, le myocarde trop piétiné par le drame de sa vie. Il l’aimait de tout son cœur encore un peu atrophié, mais qui battait follement pour lui, à chaque seconde. Manuel avait trouvé la parade pour éviter de se confronter à l’inévitable: d’abord faire l’autruche, et puis se plonger dans le travail et autres occupations diverses et variées. Tout était bon pour fuire une discussion que son subconscient le savait incapable de gérer convenablement. C’était simple: il en était terrifié. Pourtant, les semaines passaient et l’agitation du musicien redoublait car au fond il avait bien conscience de ce qui était en train de se jouer et de son immaturité sur la question. C’était de la lâcheté, finalement. Le courage manquait cruellement à l’appel.

Hey!” L’exclamation enthousiaste retentit dans le salon alors qu’il rentrait chez lui, le sourire profond éclairant son visage et sa barbe de trois jours, la main accrochée à l’une des bretelles de sac à dos bien rempli. “Yes, on a bien avancé je suis content” ce qui était vrai, même s’il bloquait encore un peu de temps à autre pour du nouveau. Les répétitions et la collaboration, en revanche, marchaient plutôt bien. Ayant franchi les quelques mètres le séparant de l’amant encore assis sur le tabouret du piano, il se penche en avant et dépose un baiser sur ses lèvres. Il ralentit alors, assez suffisamment pour le faire traîner de tendresse sans s’attarder trop non plus. “Hi” Il souffle doucement, le pouce glissant sur l’arrête de la mâchoire un instant. “Et toi? tu cherchais l’inspiration?” il demande, faisant référence à la position dans laquelle il l’a trouvé, face au piano sans en jouer. Il lui jette un nouveau sourire, et puis s’éloigne rapidement, toujours en parlant sur un ton enjoué. “Je suis passé faire quelques courses en rentrant, j’ai de quoi faire de la harira et des briouates” Se dirigeant vers la cuisine, il s'arrête pour flatter l’encolure de Bee qui lui fait la fête. “Oui toi aussi tu m’as manqué” il annonce, le rire dans la voix, avant de poser le sac sur la table de la cuisine pour y ranger son contenu. “J’ai bien envie d’aller sur la côte ce week-end, qu’est ce que t’en dis?” Faire des milliers de petits projets sur le court-terme, pour prétendre que le long-terme n’existe pas.
Turgen Namjilyn
Messages : 547
Age du personnage : 30 ans
Avatar : Ayanga 阿云嘎
Crédit(s) : Miss Turner/Ziggy Stardust (moi)/RossResources
Mood : Anxieux
Playlist : Laure Shang - free & unafraid, Butterfly - Heart /心脏, The Phantom of the Opera - The Music of the Night, 全新改编演绎侠骨柔情, Andy Williams - Happy Heart, Tengri/天堂 - Shaman Landscape, Tengri/天堂 - 单曲纯享, Sam Smith - Writing's on the wall, Notre Dame de Paris - Danse Mon Esmeralda, Queen - The Show Must Go On, Metallica - Nothing Else Matters, Il Volo - Grande amore, 费玉清阿云嘎 — 神仙嗓音听到想哭, Super Vocal Boys - Qui Con Me, Disturbed - The Sound Of Silence, The HU - Yuve Yuve Yu, NINE TREASURES - Wisdom Eyes


Profession : Actor, Singer & Producer in Musical Theater
Coté cœur : Something in the air...
https://pot-pourri-yes.tumblr.com/
You Rock!
Messages : 547
Age du personnage : 30 ans
Avatar : Ayanga 阿云嘎
Crédit(s) : Miss Turner/Ziggy Stardust (moi)/RossResources
Mood : Anxieux
Playlist : Laure Shang - free & unafraid, Butterfly - Heart /心脏, The Phantom of the Opera - The Music of the Night, 全新改编演绎侠骨柔情, Andy Williams - Happy Heart, Tengri/天堂 - Shaman Landscape, Tengri/天堂 - 单曲纯享, Sam Smith - Writing's on the wall, Notre Dame de Paris - Danse Mon Esmeralda, Queen - The Show Must Go On, Metallica - Nothing Else Matters, Il Volo - Grande amore, 费玉清阿云嘎 — 神仙嗓音听到想哭, Super Vocal Boys - Qui Con Me, Disturbed - The Sound Of Silence, The HU - Yuve Yuve Yu, NINE TREASURES - Wisdom Eyes


Profession : Actor, Singer & Producer in Musical Theater
Coté cœur : Something in the air...
Turgen Namjilyn
Lun 7 Juin - 16:54

L'attitude que l’on prend devant une épreuve est capitale. On peut prendre une attitude positive et relever le défi avec un bon moral. Ou, on peut avoir une attitude négative, qui diminue nos chances de surmonter l’adversité. Les épreuves font partie de la vie, on ne peut pas y échapper. Il est sage de voir dans les situations difficiles non seulement des problèmes mais aussi des opportunités de cheminer. Devant une épreuve, l’attitude à prendre est d’essayer d’en tirer les éléments les plus utiles pour son évolution. Certaines souffrances sont inévitables ; alors que d'autres sont créées de toutes pièces. Trop souvent nous souffrons inutilement en nous accrochant à une certaine perception de la réalité. Turgen s’était longtemps posé des questions, particulièrement durant sa période de vide total ou il n y avait plus que la culpabilité qui l’habitait et l’isolement qui l’appelait. Au départ, il ne se posait pas les bonnes questions, il prenait les directions les plus sombres et ne faisait rien d’autre que s’engouffrer davantage dans ce qui n’allait jamais lui apporter la moindre petite solution. Et plus tard, lorsque quelques temps ont passé, il a sur quelles bonnes questions, se poser.

Parmi ces nombreuses questions, il se demandait : « Est-ce que je m’inquiète pour la mauvaise chose ? » Parfois, on ne s’inquiète pas pour certaines choses risquées, et on s’inquiète pour une autre chose moins risquée mais plus proche de nous sentimentalement. La conversation qu’il souhaitait avoir avec Manuel n’était pas un risque. Ce n’est pas la conversation qui lui faisait peur. C’est ce qu’elle impliquait, qui le paralysait déjà. Pour s’en sortir, Turgen a décidé il y a déjà bien longtemps, que vivre le présent demeure la meilleure philosophie de vie à avoir. Ce qui ne veut pas dire ne jamais penser au futur, aux projets, aux ambitions et aux rêves. Mais seulement, garder les pieds sur terre, et profiter de l’instant. Dans son histoire avec Manuel, il lui semble que c’est exactement ce qu’il a fait. Il n’a jamais pensé possible, de tomber amoureux à sa venue à Londres. Jamais il n’aurait cru qu’il se retrouverait autant attaché, si amoureux, d’un homme qui demeurait différent, mais si proche à la fois. Tout cela s’est déroulé alors qu’il a toujours eu en tête cette date limite, celle du retour en Chine. Cette date fatidique, dont il fallait absolument parler aujourd’hui. Comment ne pas sentir son cœur se fendre, lorsque Manuel le saluait d’un si tendre baiser, avec ses yeux qui respirent le soleil, et son sourire plein de chaleur ? Le soleil, c’est ainsi qu’il l’avait toujours secrètement surnommé. Son soleil. « Je crains ne pas avoir pu la trouver… » murmurait-il d’entre ses lèvres qui désiraient tant lui offrir un sourire. Car c’est tout ce que méritait cet homme, qu’on illumine sa vie, comme il avait pu faire en sorte d’éclairer la sienne, ces derniers mois.

Il y avait-il un bon moment, une bonne méthode, pour annoncer ce genre de choses ? La bonne humeur de son petit ami ne l’encourageait pas à s’engager dans la conversation tant repoussée mais si importante. Alors qu’il quittait sa position, Turgen se dirigea vers la cuisine, laissant une main se balader un instant sur la tête de Bee, comme si ce dernier était doté d’un pouvoir mystique qui puisse lui transmettre la force de le faire, d’assumer non pas le risque de le faire, mais celui de ce qui pourra en résulter. « Manu… » Dit-il, un peu incertain, désirant son attention. Non pas qu’il ne voulait pas de cette soupe et des briouates, non pas qu’il ne voulait pas de ce weekend à deux…Mais, autre chose urgeait. « Est-ce qu’on peut discuter un moment ? » La tête légèrement inclinée vers le salon, l’invitant à y retourner, à s’assoir, à respirer un bon coup et à dire les choses. « Il faut que je te parle de quelque chose… » On disait souvent de Turgen qu’il était un merveilleux conteur. Cela se ressentait en ce moment, ces points de suspension à la fin de chacune de ses phrases, appelant l’autre à vouloir en savoir plus, à le suivre et à prendre place sur ce canapé. La gorge nouée, il remonta la tête, ses yeux rencontrant les siens, un regard triste, donnant déjà le ton. « Je…Comme tu le sais déjà, Ma présence ici a été possible, parce que j’ai pu obtenir un visa de long séjour… » Il choisissait les termes qui ne laissait aucune place pour que ce début de conversation soit détourné d’une quelconque manière. Sa langue imbibant ses lèvres, il reprit la parole, le cœur comme étouffé. « Il prend fin le dix neuf juin…mon billet de retour est pour le douze du même mois… » Lâcha-t-il alors en levant doucement son regard vers lui, les larmes aux bords des yeux. Sa main chercha alors la sienne, comme ayant un grand besoin de ne pas perdre contact avec lui, et l’appréhension de la suite…
Manuel Kian Said
Messages : 707
Age du personnage : 36 ans
Avatar : Oscar Isaac
Crédit(s) : arnor-creations, lyrics: tamino, gif: nowritingonthewall
Mood : anxious
Profession : Compositeur/Chanteur/Musicien pour MK & The Smiths
Coté cœur : agaart yamar negen züil baina
You Rock!
Messages : 707
Age du personnage : 36 ans
Avatar : Oscar Isaac
Crédit(s) : arnor-creations, lyrics: tamino, gif: nowritingonthewall
Mood : anxious
Profession : Compositeur/Chanteur/Musicien pour MK & The Smiths
Coté cœur : agaart yamar negen züil baina
Manuel Kian Said
Sam 10 Juil - 16:48
Le musicien s’affaire, dans la cuisine. Il s’agit de ranger les courses. Il s’agit de s’occuper les mains, pour s’occuper l’esprit. Et la bouche qui s’active pour forcer son esprit à penser à autre chose. Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd, que le jeune artiste qui partage sa vie n’a pas su trouvé l’inspiration, aujourd’hui, ce à quoi Manuel ne se souvient pas avoir assisté, durant leurs plusieurs mois ensemble. C’est rare. Pour être complètement honnête, ce n’est pas la première fois que Manuel remarque une légère absence, chez Turgen, ou du moins une envie sans doute de mettre sur le tapis le sujet que lui cherche par tous les moyens à éviter. Il ne se sent pas prêt. Il ne veut pas en entendre parler, cherche à préserver ce qui, inexorablement, s’approche à grand pas. Il le sait, pourtant, qu’ils ne pourront pas y échapper. Mais parfois les angoisses et la peur vous poussent à faire des choses qui n’ont pas de sens, comme à foncer droit dans un mur sans anticiper, sans chercher à se préparer à éviter le mur, ou bien à trouver une solution, une alternative. C’est ce qu’il aurait pu faire Manuel. Chercher à planifier un après, à mettre en place un plan pour faire fonctionner une relation si neuve mais si intense. A la place, il rejette tout; et trouve toujours un moyen de détourner la conversation. La crainte d’une rupture est sans doute bien plus conséquence que tout le reste.

Il voudrait pouvoir le faire, à cet instant, mais Turgen est apparu dans la cuisine et l’a directement apostrophé, expliquant d’une façon très direct qu’il veut discuter avec lui, qu’il veut lui parler de quelque chose. Dans la poitrine de Manuel, le myocarde qui cogne avec douleur contre une cage thoracique qui semble se rétrécir. La mort dans l’âme, les derniers éléments du sac sont laissés en plan sur la table de la cuisine et les jambes suivent l’amant de façon instinctive, par automatisme, sans qu’il ne l’ait vraiment décidé. Mais a-t-il vraiment le choix? Rien n’est moins certain. Et il ne faut pas être stupide pour imaginer de quoi il veut parler. Y a-t-il seulement autre chose qui pèse sur leurs épaules et leur coeur, ces derniers temps? Manuel voudrait se dissocier de son corps, alors que Turgen met enfin des mots sur ce qu'il redoute tant, ce qu’il cherche à ignorer depuis des semaines. Son départ. Il lui parle de visa, d’expiration, de vol retour… et à mesure que les mots sont prononcés, le coeur de Manuel semble se contracter de plus en plus fort, et le ventre se noue. Pendant un moment, il reste silencieux. Le regard est fuyant, incapable de soutenir la tristesse qu’il voit dans les iris de l’amant dont la main est venue se glisser dans la sienne: Manuel n’a su que la recevoir et y exercer une pression un peu désespérée. Le visage s’est fermé, il s’est tourné en face du mur, comme il a l’impression de l’être, sans échappatoire, à cet instant. Devant cette date butoir, qu’il aurait préféré ne jamais entendre. La main libre s’est transformée en un point serré sur son genou qui tressaute un peu, avec nervosité. Il ne sait pas quoi dire. Le coeur bat jusqu’à ses tempes. I don’t want you to leave. Tout son être semble crier, mais les mots ne franchissent pas la barrière de ses lèvres. Un mois et demi, tout au plus. C’est tout ce qui leur reste. Quelque part, il y a une impression de s’étouffer. Comment pourrait-il faire, sans lui? « Can’t you stay longer? Can’t you… expand it or something? » Les mots, finalement, s’échappent sans qu’il puisse les contrôler, malgré l’égoïsme certain dont il fait preuve. Il y a une certaine supplication, dans la voix, qu’il aurait préféré caché. Un peu brusquement, il se redresse, la main est lâché. Le musicien est agité, se mordant l’intérieur des lèvres; semblant en proie à une panique qu’il n’a que peu connu. Il passe une main sur son visage; tâchant d’assimiler une nouvelle qu’il voudrait rejeter de toutes ses forces. Mais c’est trop tard, maintenant. Il ne peut pas revenir en arrière, oublier cette date fatidique. « I don’t know. » les mots s’échappent. « I don’t know how to deal with this. » Il ferme les yeux. Il y a une envie de fumer, ou de boire, ou les deux.
Turgen Namjilyn
Messages : 547
Age du personnage : 30 ans
Avatar : Ayanga 阿云嘎
Crédit(s) : Miss Turner/Ziggy Stardust (moi)/RossResources
Mood : Anxieux
Playlist : Laure Shang - free & unafraid, Butterfly - Heart /心脏, The Phantom of the Opera - The Music of the Night, 全新改编演绎侠骨柔情, Andy Williams - Happy Heart, Tengri/天堂 - Shaman Landscape, Tengri/天堂 - 单曲纯享, Sam Smith - Writing's on the wall, Notre Dame de Paris - Danse Mon Esmeralda, Queen - The Show Must Go On, Metallica - Nothing Else Matters, Il Volo - Grande amore, 费玉清阿云嘎 — 神仙嗓音听到想哭, Super Vocal Boys - Qui Con Me, Disturbed - The Sound Of Silence, The HU - Yuve Yuve Yu, NINE TREASURES - Wisdom Eyes


Profession : Actor, Singer & Producer in Musical Theater
Coté cœur : Something in the air...
https://pot-pourri-yes.tumblr.com/
You Rock!
Messages : 547
Age du personnage : 30 ans
Avatar : Ayanga 阿云嘎
Crédit(s) : Miss Turner/Ziggy Stardust (moi)/RossResources
Mood : Anxieux
Playlist : Laure Shang - free & unafraid, Butterfly - Heart /心脏, The Phantom of the Opera - The Music of the Night, 全新改编演绎侠骨柔情, Andy Williams - Happy Heart, Tengri/天堂 - Shaman Landscape, Tengri/天堂 - 单曲纯享, Sam Smith - Writing's on the wall, Notre Dame de Paris - Danse Mon Esmeralda, Queen - The Show Must Go On, Metallica - Nothing Else Matters, Il Volo - Grande amore, 费玉清阿云嘎 — 神仙嗓音听到想哭, Super Vocal Boys - Qui Con Me, Disturbed - The Sound Of Silence, The HU - Yuve Yuve Yu, NINE TREASURES - Wisdom Eyes


Profession : Actor, Singer & Producer in Musical Theater
Coté cœur : Something in the air...
Turgen Namjilyn
Ven 30 Juil - 17:21
Beaucoup diraient, que c’est inévitable, ce qui se déroule à l’instant. Que leur histoire ne soit qu’une amourette de passage, tel un amour de vacances d’adolescent, lorsqu’on ne pense pas du tout à l’avenir, à cette fin imminente. Turgen ne sera jamais d’accord avec cette vision si simpliste et hâtive de juger ce qui peut lier deux adultes, qu’une raison valable ou mystique, les a fait se rencontrer, se connaitre, s’apprivoiser, et puis s’aimer…profondément. Les drames qui n’ont cessé de se succéder dans la vie de Turgen, lui ont appris à vivre le moment présent, et à ne rien regretter. Lui qui n’a plus de famille, plus de support amical robuste, lui qui a passé sa vie à tenter de percer dans un milieu qui lui a souvent été hostile, sans jamais baisser les bras, sans jamais abandonner, se relevant toujours…comment aurait-il pu refuser d’ouvrir son cœur à Manuel ? Comment aurait-il pu se refuser de l’aider, d’être là, de le soutenir, et de le laisser le soutenir en retour ? Comment aurait-il pu s’interdire un bonheur, qu’il n’a jamais pensé éphémère. Comment aurait-il pu, s’empêcher de l’aimer ? Turgen n’a pas eu peur de prendre ce risque car il a deviné en lui un certain regard, une certaine sagesse et une capacité de compréhension que nul autre ne parvient à lui dégager au plus profond de lui. Manuel a cette particularité qui le pousse à se persuader que développer une entente avec lui a réellement un sens. Quelle qu’en soit la nature, quelle qu’en soit l’évolution ou même, que cela ne soit qu’éphémère, mais qui laissera au plus profond de lui un souvenir inscrit au fer rouge sur son cœur, sur sa conscience, sur son âme. Il considère Manuel comme un présent !

« We both know that’s not…possible” Soufflait-il, douloureusement, sur une petite voix. Les gens ne mesurent pas toujours l’inconvénient de ne pouvoir être ailleurs, ou de ne pouvoir rester avec l’être aimé, parce qu’une signature et un tampon n’ont plus la validité exigée pour se permettre ce fait. Certains, beaucoup, n’ont pas ce luxe, et un passeport sans visa et souvent un passeport qui ne mène absolument nulle part. Turgen a dû délaisser sa nationalité d’origine pour pouvoir vivre sa passion et accomplir ses rêves. Il a eu besoin d’un visa pour aller assurer certains contrats strictement professionnels tant de fois, et c’est grâce à un visa qu’il a pu venir ici, se ressourcer, se reprendre, et tomber amoureux. La main du musicien quitte la sienne, et le regard de Turgen s’humidifie d’aussitôt. Quelque chose en lui ne cesse de trembler, mais il ne saurait dire si c’est de la colère, de la peine, de la frustration, ou un mélange des trois. Son regard se risque à aller observer Manuel, ce dernier est agité, et le cœur se Turgen s’emballe davantage face à cette vision. Mais il était hors de question pour lui d’en rester là, ou de le laisser ainsi. « Manuel, please… » Sa main se risque à aller chercher la sienne, une nouvelle fois, la ramener là ou elle devait être, attachée à la sienne. Il la serre fort, assez pour lui faire comprendre, sans un mot, seulement par ce geste, qu’il n’avait pas l’intention d’abandonner, de l’abandonner, de les abandonner. « We will deal with it, together! » Dit-il, avec une détermination folle dans le regard et le ton, son autre main allant caresser doucement le menton de son petit ami pour que son regard puisse rencontrer le sien. « I’m going back, and I can’t change that…But that doesn’t mean it’s the end…” The end of our love. Il inspire, fermant les yeux un instant avant de ne reprendre. «It’s not going to be easy, but it’s worth it! Unless…it isn’t, for you? » Pourquoi cette question ? Parce qu’elle était nécessaire, et parce qu’il valait mieux parler de cela maintenant, pour en avoir tous les deux le cœur net ! Turgen vit à Shanghai, sa vie est en Chine, sa carrière et ses fans se trouvent dans cette partie du monde. Tandis que Manuel, est européen, sa vie est à Londres. Alors oui, ce n’est pas facile, et beaucoup diraient que c’est impossible et perdue d’avance. Mais pas Turgen, qui ne peut pas se résoudre à abandonner aussi facilement, aussi simplement.
Manuel Kian Said
Messages : 707
Age du personnage : 36 ans
Avatar : Oscar Isaac
Crédit(s) : arnor-creations, lyrics: tamino, gif: nowritingonthewall
Mood : anxious
Profession : Compositeur/Chanteur/Musicien pour MK & The Smiths
Coté cœur : agaart yamar negen züil baina
You Rock!
Messages : 707
Age du personnage : 36 ans
Avatar : Oscar Isaac
Crédit(s) : arnor-creations, lyrics: tamino, gif: nowritingonthewall
Mood : anxious
Profession : Compositeur/Chanteur/Musicien pour MK & The Smiths
Coté cœur : agaart yamar negen züil baina
Manuel Kian Said
Dim 23 Jan - 16:18

Manuel ne se donne jamais à moitié. Ce n’est pas dans son ADN. Même s’il voulait doser les choses, il aurait sans doute bien des difficultés, il n ‘a jamais vraiment su le faire. Il n’aime pas les artifices et ne voit pas l’intérêt de faire semblant, ou de consciemment donner moins que ce qu’il pourrait donner. A Turgen, il lui semble qu’il lui a tout donné, de lui. Il lui a montré ses bons côtés, et puis tous ceux qui sont bien moins glorieux. Il a eu peur qu’il se lasse, qu’il le lâche, plus d’une fois. Mais il s’est battu pour lui aussi, pour se remettre sur pieds, pour être à la hauteur de la personne formidable qu’est l’homme assis sur son canapé. Il lui a tout dévoilé sans rien vouloir reprendre, et maintenant qu’ils se retrouvent face au mur, Manuel se sent perdu. Paniqué. Car Turgen a pris une place tellement importante dans sa vie désormais, qu’il lui semble ne plus savoir comment faire, sans lui. Si Turgen s’en va, sera-t-il capable à lui seul de garder ses démons au loin? Rien n’est moins certain. Si Turgen s’en va, comment passer ses jours sans le voir, sans entendre sa voix, ses éclats de rire, ses soupirs; sans respirer son odeur qui traîne sur l’oreiller ? Comment vivre sans le goût de ses lèvres sur les siennes, sans son regard chaleureux et la quiétude de leurs étreintes?

Turgen ne laisse pas les choses au hasard. Turgen voit les choses comme elles sont, sait beaucoup mieux affronter la vérité que lui. Turgen l’appelle, supplie, et Manuel ne répond rien. Il lui semble avoir le coeur palpitant au bord des lèvres. Il peut le sentir cogner follement jusqu’à ses tempes. Faire le deuil d’une vie à deux n’est pas quelque chose qu’il sent être prêt à faire. Il sent les doigts de pianiste reprendre sa main dans la sienne. Il laisse faire, ne se dérobe pas cette fois. Il y a quelque chose qui rassure, auquel il peut se raccrocher malgré l’anxiété qui ne fait que gonfler. Il se rassoit, comme sonné. Il ne sert à rien de fuir, la vérité est là, elle l’écrase. Incertain, peiné et brillant, le regard finit par se poser sur l’amant dont la main libre est venue le pousser à lui faire face avec douceur. Dans ses yeux, Manuel peut y lire tant de détermination, tant de volonté. Les mots sonnent comme une promesse. Manuel, lui, reste dans le silence, détaille les traits délicats de son visage. How. Il voudrait demander, mais rien ne sort. Les mots, pourtant, rassurent un peu, réchauffent lentement, quand il comprend que Turgen ne considère pas une rupture. La partie rationnelle de son cerveau, pourtant, peine. Un instant, il voudrait lui dire qu’il va tout quitter, pour lui, et le suivre jusqu’en Chine. Mais il sait bien que les choses ne sont pas aussi simples. Il ne peut pas quitter son groupe, sa ville, son pays, sa famille et ses amis. Une relation à distance, alors. Mais ce n’était pas un simple Londres - Paris, ici. Il y avait sans doute plus de 10 heures de vol, pour la Chine. Et les fuseaux horaires…

La question lui fait relever la tête brusquement, qu’il avait commencé à dévier instinctivement. « You’re worth the pain. » Les mots s’échappent brusquement, sans appel, sans hésitation aucune. Il n’y a pas de doute, ici. Il ferme les yeux alors. Laisse quelques secondes s’écouler, les doigts encore bien serrés dans les siens, et puis exhale, avant de laisser ses paupières se soulever doucement de nouveau, le regard venant trouver celui de son petit ami. Il le contemple quelques instants. « I wish you could just stay here with me » Il soupire, puis baisse la tête et glisse une main nerveuse dans ses cheveux, qui mériteraient bientôt une nouvelle coupe. « But I know it’s not realistic… and also very egoistic » Il admet. Il a toujours mal au ventre. Sur la joue, quelques larmes se sont échappées et ont glissé. Il le regarde encore. « Би чамд хайртай » Il déclare avec son accent à couper au couteau, sur un ton qui semble mettre à plat tout le reste, qui passe au dessus de la moindre de ses anxiétés. « I’d try anything, for you » il murmure. Le coeur est encore bien douloureux. « I will miss you so much » l’arabe s’échappe d’entre ses lèvres alors qu’il le regarde avec intensité, et quand il sent qu’il risque de craquer, il vient glisser sa tête contre l’épaule de Turgen, cherchant sa chaleur et un réconfort. « We need to… organise » Les mots sont lents, les doigts se resserrent un peu plus. Peut être qu’avec un plan, il paniquera un peu moins.
You Rock!
Contenu sponsorisé
各花入各眼 - Sailyn
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Revival Rock :: ♫HOME SWEET HOME♫ :: Inner London :: Manuel K. Said-
Sauter vers: